fbpx
Temps de lecture : 12 minutes
De tout temps, les fesses ont toujours fasciné l’espèce humaine. En effet, le terme de pygophilie en désigne même leur attrait.

L’étude de la fesse n’est point une science, il est vrai ! Pour autant, je me suis amusé à créer un néologisme, la fessologie. Cette dernière désigne tout ce qui se rapporte à ce sujet.

Courbures esthétiques et gracieuses, les fesses n’ont pas toujours répondues aux mêmes critères de beauté dans l’évolution temporelle ni même culturelle. Petites, rondes, bombées, dissimulées ou exhibées ?

Raymond Queneau l’attestait déjà au début du XXième siècle : “Elle était aussi bien de fesses que de face.”  

Cependant, les fesses sont-elles un critère de beauté exclusif à la femme ? Même si les magazines, les publicités, les réseaux sociaux et certains concours mettent les postérieurs féminins sur le devant de la scène, les hommes ne sont pas en reste.

De nos jours, posséder des courbes corporelles harmonieuses ne répond pas uniquement à un critère sociétal esthétique et de mode. Il est vrai que corréler aux mesures anthropométriques normatives s’avèrent aussi être un atout majeur pour la non discriminantion sociale dans la quête d’un emploi, d’un logement ou d’un partenaire !

DÉFINITION – FESSE ET ALORS ?

A l’origine le terme fesse, vient du bas latin “fissa” qui signifie “fente”. C’est pourquoi à l’origine le mot fesse désigne le pli inter-fessier et non pas les 2 parties charnues. Ce n’est que plus tard que le mot fesse emprunte le pluriel pour définir la croupe.

Bien que l’idée d’une classification des silhouettes ou morphotypes ait émergé, elle ne paraît pas être scientifiquement démontrée.

En effet, Julien Venesson, évoque dans un article intitulé “Mythe : les morphotypes en musculation” le non fondement de cette classification.

Ainsi, peut-on envisager la classification du type de forme de fesses ?

Dans la littérature il existe bien 3 types de formes de fessiers :
La callipygie qui signifie “belles fesses” et dont certaines Vénus grecques en sont les égéries.
La stéatopygie se caractérise par une hypertrophie fessière des femmes et une hyperplasie dont Saartjie Baartman, aussi appelé Vénus hottentote en était la plus célèbre représentante. Esclave, elle était exhibée dans des foires en Europe au XIXème siècle afin que les spectateurs puissent contempler son large postérieur.
A l’inverse, la platipygie détermine les fesses plates.

HISTOIRE ET CULTURE DE LA FESSE

Premièrement, la représentation des fesses a évolué chronologiquement depuis l’antiquité. A certaines périodes, les fesses de l’homme sont à l’honneur. Pourtant, il faut bien reconnaître que celles des femmes le sont bien plus fréquemment.

Puis, les cultures et traditions ont également développé des représentations des fesses en fonction des régions du globe. Elles sont majoritairement très différentes en fonction des cultures et des représentations qui en découlent.

Evolution culturelle

Tout d’abord, le culte de la fesse est historique ! De tout temps ! En effet, la préhistoire marque les premières représentation des fesses. Depuis, leurs représentations n’ont cessé d’évoluer.

Mais la fessologie est aussi une histoire de cultures, de peuples et de civilisations. Ainsi, tout autour du globe, les représentations des fesses sont différentes et parfois même diamètralement opposées.  

Préhistoire

L’idéal féminin de l’époque était représenté par des rondeurs excessives. Analogie entre la capacité reproductrice et la survie de l’espèce. C’est pourquoi, l’excès de tissu adipeux était symbole de nourriture abondante et donc de survie. 

Les traits du visage n’étaient pas dessinés. De plus, les membres supérieurs et inférieurs étaient absents. L’accent était mis sur les seins, le ventre, les hanches et les fesses.

De nombreuses Vénus ont été découvertes en Europe et en Sibérie également. Il s’agit de statuettes sculptées dans le calcaire, l’os, la pierre ou l’ivoire.

La plus ancienne est certainement la Vénus de Lespugue, réalisée en ivoire de mammouth, découverte en 1922 en Haute-Garonne et datant de la période du Gravettien soit entre – 24 000 à – 26 000 avant aujourd’hui.

Venus de Lespugue aux fesses protubérantes

Antiquité

Aphrodite et ses belles fesses
La Grèce antique est la première civilisation à s’intéresser à un corps symétrique et athlétique. La Vénus callipyge représente la déesse grecque Vénus ou parfois Aphrodite qui soulève sa tunique pour regarder son joli derrière.

En effet, en grec kally signifie beau et pygos désigne les fesses. Les proportions entre le buste et les fesses sont harmonieuses par rapport au reste du corps.

Epoque propice à la représentation des fesses masculines, l’empire romain illustrait les hommes par des fesses  volumineuses et musclées, exprimant ainsi la richesse et la notoriété.

Fesses de Neptune

Moyen-Age

Le Moyen-Age, période austère et chaste, n’érotise pas le corps de la femme. La nudité est prohibée, elle est associée au péché. L’image de la femme est liée à la religion.

Lorsque le corps de la femme est représentée, il est illustré par des courbes discrètes et maigres. En effet, les fesses sont dissimulées.

Renaissance

La Renaissance est l’âge d’or de la représentation de la fesse à travers l’art. Cette représentation est vraie pour les femmes mais surtout pour les fesses masculines. A ce titre, Michel-Ange en est le protagoniste le plus illustre. Il a exharcerbé les nus masculins.

Les fesses de Bacchus de Michel-Ange en 1497
Chapelle Sixteen et les fesses de Dieu de Michel-Ange
David - vu de dos - Michel-Ange en 1504
De son côté, après une période médiévale très austère, le corps de la femme est largement illsutré pendant la Renaissance mis en avant avec des courbes plus volupteuses et plus rondes. 

Les représentations du corps féminin dénudé sont nombreuses. Elles ne sont plus liées à l’influence biblique.

Les 7 âges de la femme
De nombreux accessoires apparaissent afin d’embellir le corps de la femme. Le plus connu étant le corset qui permet de modeler le buste et de rendre la taille plus fine.

Par ailleurs, la basquine est un corset sans manche. Le busc, quant à lui, est un corset renforcé composé de buis, d’ivoire, de nacre ou d’argent.

Enfin, le vertugadin est un accessoire de vêtement qui se place sur les hanches dans le but de faire bouffer la jupe.

XVIIème et XVIIIème siècle : périodes classiques

Dès le XVIIème siècle, l’illustration des fesses masculines s’estompent. En revanche, celles de la femme sont très représentées.

Les représentations de la femme et de son corps coïncident avec les évolutions agricoles, alimentaires et la sédentarisation. Par conséquent, elle est plus ronde, plus enrobée, plus potelée. Elle a un côté plus maternelle.

En effet, les vêtements évoluent également. Les décolletés sont plongeants mais jamais les robes sont courtes.

 

Les Trois Grâces de Peter Paul Rubens, (1636-1638)
Enfin, bien que la flagellation était déjà pratiquée dans un but disciplinaire et notamment au sein de la religion, la fessée, moins conventionnelle, fait également son apparition. 
Spank peach
Hermaphrodite endormi 1619 - Le Bernin -
Le XVIIème siècle voit émerger le libertinage, qui plus qu’une simple pratique sexuelle, est utilisé comme un positionnement philosophique afin de contester les normes, codes et la religion.

C’est au travers de l’art que le XVIIème siècle est une période contestataire par excellence.

Au XVIII ième siècle, les paniers permettent aux femmes d’accentuer leurs courbes, en élargissant les hanches et en affinant la taille.

Certains auteurs, tel que le marquis de Sade, marquent cette époque par leurs écrits érotiques et transgressifs, jugés obscènes, crus et parfois violents.

Fesses masculines satinées dans le verrou de Fragonard
Bains - Théodore Chassériau

Industrialisation et XIXème siècle

Le XIXème siècle scinde une vraie différence de représentations entre les corps de l’homme et celui de la femme. En réalité, celui de l’homme devient de plus en plus rare pour ne pas dire absent.

En revanche, le corps de la femme est largement illustré à cette époque. Les accessoires de mode sont de plus en plus présents.

Le XIXème siècle est marqué par l’apparition de la crinoline et autre faux-cul, qui est un sous-vêtement élaboré d’une trame de crin de cheval. Apparue en 1830, la crinoline permettait de donner plus d’ampleur à la robe et au postérieur.
Sous-vêtement féminin - la crinoline
Nu devant le miroir - Emile Baes (1879-1954)
La Grande Odalisque - Jean Auguste Dominique Ingres - 1814
La Source de Gustave Courbet - 1868

La peinture mais surtout l’avènement de la photographie permettront d’illustrer les fesses féminines sous toutes leurs coutures !

D’ailleurs, les fesses photographiées connaissent plus de succès que les seins à cette époque.

Fesses nues - Auguste Belloc
Photographie - Auguste Belloc
Fin du XIXème siècle, le french cancan ou encore Josephine Baker et son black bottom font apparition dans les cabarets parisiens et connaissent un franc succès.

XXème siècle

1900 à 1950
Le tout début du XXème siècle est ponctué par l’apparition du soutien-gorge en 1899 qui à l’origine s’appelait “corselet-gorge”.

Puis, pendant la grande guerre et pour des raisons de praticité, les femmes, qui durent aller à l’usine et aux champs pour remplacer les maris partis au front, se coupèrent les cheveux.

C’est l’époque du physique à la garçonne en 1925 – 1930.

Après la Ière guerre mondiale, la société connait l’émancipation des femme. En effet, pendant les Années Folles, le temps et au plaisir et à la découverte. 

 

Suite à une période d’une demi-dizaine d’années très débridée, ponctuée d’ambivalences, de nudités, de mauvais moeurs et de sexualité, le cinéma hollywoodien adopte en 1934 le code Hays ou “The production Code” pour limiter la nudité à l’écran.

Cette autorégulation a permis de promouvoir une certaine décence ou de maintenir une éthique et une morale acceptable dans l’industrie cinématographique américaine. Pour autant, grâce à de nouvelles ingéniosités de tournages, les producteurs ont réussi à contourner la censure qui a sévi jusqu’en 1968. 

Censured code Hays
1950 à 2000
Dans les années 60, les formes ne sont plus à la mode. Effectivement, être en surpoids signifie ne pas prendre soin de soi, ne pas avoir accès à une alimentation saine et équilibrée. Dès lors, être filiforme et mince renvoie à un système de valeurs, à un tri social, à une appartenance à une classe sociale élevée.
Grâce à l’essor et à la démocratisation de la télévision, de nouveaux produits connaissent un succès immédiat. C’est le cas de la poupée Barbie de l’entreprise Mattel qui est présentée pour la première fois le 9 mars 1959.

Très controversée du fait de ses mensurations irréalistes, Barbie est la représentation de la femme objet, d’une femme stéréotypée, une femme longiligne voire anoréxique.

Poupée Unisexe Barbie 2019
Aujourd’hui, Mattel tente de coller à l’évolution sociétale et propose 6 nouveaux personnages qui ne sont ni garçons, ni filles ou bien les 2 !
C’est alors, que la société de consommation intègre la publicité et la nudité de la femme pour toujours vendre plus. Ainsi, il n’est pas rare dans le marketing genré masculin, tel que l’automobile, le parfum, l’alcool ou les montres, de présenter une femme dénudée.
Fesses dans une publicité pour mobilier Atal
Fesses illustrant une publicité pour Martini
Fesses féminines pour vêtements masculins
Contre toute attente, la fesse de l’homme revient un peu plus sur le devant de la scène à cette époque et notamment dans le cinéma avec Marlon Brando, Steve McQueen, Harrison Ford ou encore Clint Eastwood etc.
Montrer ses fesses masculines devient un geste viril, un moyen de provoquer, de se rebeller contre autrui ou l’autorité, un moyen de protester et de s’affirmer.
Montrer ses filles, symbole de provocation et protestation
Dans les années 1990, les représentations des fesses sont majoritairement musicales. En effet, le booty shake, originaire de la Nouvelle Orléans ou encore le Twerk, variation du Mapouka ivoirien et du soukous congolais, inondent les clips de musique hip-hop. Ce mouvement va perdurer jusqu’à nos jours.
Twerk ses fesses

Aujourd’hui

Cultures urbaines et Hip-Hop
Tout d’abord, il est intéressant de noter que les tendances musicales de la culture hip-hop ont continué à gagner en popularité dans les années 2000.

En effet, cette culture n’est plus une niche mais un véritable phénomène de société. C’est pourquoi, les représentations et codes sexy, glamours, décadents et bling bling véhiculées par l’industrie du rap ont connu une véritable mondialisation.

Malheureusement, les femmes sont souvent dénudées et encore une fois utilisées comme des objets aux services des hommes pour illustrer leur pouvoir, leur réussite sociale ou leur virilité.

Internet et les réseaux sociaux
De plus, une nouvelle révolution technologique de ce début du 3ème millénaire qu’est internet et les réseaux sociaux viennent bousculer les diktats de la mode et ce à quoi la femme doit correspondre.

Exit les lignes filiformes et sans forme. Les influenceurs nous bombardent de grosses fesses galbées et musclées avec la taille et les jambes les plus fines possibles, le ventre plat !

Les exemples ne manquent pas, que ce soit dans l’industrie cinématographique avec Jennifer Lopez par exemple, dans la culture musicale avec Beyoncé ou Nicki Minaj, dans le monde du sport et Serena Williams et sur les réseaux sociaux avec Kim Kardashian ou Jen Selter pour ne citer que les protagonistes les plus connus.

Jennifer Lopez
Nicki Minaj fessier XXL
Serena Williams
Kim Kardashian et ses célèbres fesses

Enfin, les réseaux sociaux ont également investi l’univers de la culture. Ainsi, le Yorkshire museum au Royaume Uni a lancé un hashtag #BestMuseumBums pour élire les plus belles fesses des musées.

Représentation culturelle des fesses en fonction des régions

D’un continent à l’autre, d’un hémisphère à l’autre, chaque cultutre a ses spécificités et ses préférences. C’est ainsi que la représentation des fesses ne connaît pas qu’une vérité.

La mappe-monde ci-dessous offre un éventail, tantôt caucace, parfois tragique de ce que l’espèce humaine investi dans ses fesses. 

Alors, tournez le globe et découvrez la fessologie universelle !

Représentations culturelles des fesses en fonction des régions du monde
REEFGIRL

TECHNIQUES D’EMBELLISSEMENT DES FESSES

Aujourd’hui, lorsque l’on n’est pas satisfait de l’esthétique, de la forme ou du volume de ses fesses, de multiples options s’offrent à nous. C’est un peu comme se priver d’un bon coiffeur pour effectuer sa frange. Il n’y a plus d’excuses.

De nos jours, nous sublimons la fesse, nous la décorons afin de la mettre en avant et en valeur !

Aubade, célèbre marque de lingerie féminine, a su marketé pour les hommes. “Les leçons de séduction”, campagnes publicitaires lancées en 1992 ne nous ont pas laisser de marbre ! Dentelles, tangas, strings, et slogans sont au goût du jour ! Les affiches 4/3 de la marque étaient un test de notre concentration au volant. Il est certain que de nombreux automobilistes francais s’en souviennent. 134 réalisations ont détournées notre attention !

Aubade - L'entraîner dans votre chute n°53
Aubade - Lui dévoiler sa ligne de chance n°13
Aubade - Détourner l'attention n°9
Aubade - Créer une zone de turbulence n°27
Aubade - Etre légèrement culottée n°119
 

L’accessoirisation des fesses ? Ca c’était juste avant, quelques décennies plutôt. Maintenant, des techniques plus sophistiquées sont à notre disposition, il n’y a qu’à choisir !

Techniques invasives

Les techniques de chirurgie esthétique sont de plus en plus nombreuses. De plus, elles garantissent des résultats de plus en plus intéressants grâce aux évolutions techniques et technologiques et des compétences et du savoir-faire des chirurgiens.

Cependant, des contre-indications et des risques subsistent et certains scandales et drames existent.

Lipofilling ou Brazilian Buttock Lift

Il consiste à prélever sa propre réserve de graisse, au niveau du ventre et/ou des cuisses, pour la réinjecter au niveau des fesses.

Prudence, les risques de complications sont réelles comme le souligne l’article intitulé Les dangers du lipofilling de fesses.

Très récemment, fin 2020, la presse internationale a mentionné le décès de Joselyn Cano, modèle mexicaine, suite à une chirurgie esthétique. Certains spécialistes incrimineraient une embolie graisseuse pour justifier ce drame.

Lifting pour fesse tombante

Cette chirurgie est utilisée pour retirer un excès de peau au niveau de la fesse. Il existe deux techniques de lifting pour fesses tombantes :

– Tout d’abord, le lifting supérieur pour redonner une jolie forme à l’ensemble de la fesse.

– Ensuite, le lifting sous-fessier qui permet de redessiner le pli sous-fessier.

Liposuccion ou lipoaspiration

Associée à d’autres techniques telle la pose de prothèses, la lipoaspiration permet de débarrasser des amas de graisses indésirables et de faire place propre.

Injection d’acide hyaluronique

Injection acide hyaluronique
Lorsque la fesse n’est plus suffisamment bombée, les injections d’acide hyaluronique offrent des résultats probants mais temporaires. Effectivement, l’opération est à renouveller entre 6 à 18 mois.

Implants fessiers

Les implants fessiers sont une bonne alternative à condition d’avoir suffisamment de masse grasse. Auparavant, un risque subsistait et se traduisait par le fait que la prothèse ne restait pas à l’endroit défini, un risque d’asymétrie persistait.

Aujourd’hui, la technique a évolué ainsi que le type et la forme des prothèses. Insérée entre les muscles fessiers, l’implant est pris en sandwich ce qui évite tout déplacement de la prothèse.

Implant pour fesse

Techniques non invasives

Si le recours à la chirurgie esthétique vous rebutte, il existe d’autres options plus ou moins efficaces et plus ou moins onéreuses. Quoi qu’il en soit, elles offrent toutes l’avantage de ne pas être dangereuses, enfin pour la plupart !
Techniques non invasives pour fesse plate

Remonte-fesses

Les remonte-fesses sont des sous-vêtements rembourrés. Ils sont à l’image de ce que sont les wonderbra pour la poitrine.

LPG ou CelluM6

Le Cellu M6 de la marque LPG, acronyme de son fondateur, reproduit la technique du palper-rouler. Son efficacité est avérée pour diminuer la cellulite, estomper la peau d’orange et pour retrouver une peau plus lisse. Bien évidemment, plusieurs séances pas trop distantes sont nécessaires pour atteindre son objectif.

 Lifting colombien ou vacuum thérapie

Vacuum thérapie pour fessiers
La tendance est aux fesses rebondies. Le lifting colombien des fesses en témoigne. Ces énormes ventouses permettraient de galber les fesses sous l’effet de pompage et de succion.

Autres techniques non invasives

De plus, certains produits cosmétiques sont reconnus pour diminuer la cellulite et limiter la peau d’orange. Par exemple, Cellcosmet anti-cellulite est l’une des plus efficaces.

Par ailleurs, la lipocryolyse, technique qui consiste à congeler des parties du tissu adipeux puis de casser des capitons de graisse, permettrait de diminuer sensiblement la masse grasse et notamment au niveau des fesses. Pour autant les résultats ne sont pas définitifs d’autant plus si vous ne modifiez pas votre hygiène de vie et votre équilibre alimentaire.

Electrostimulation

L’électrostimulation consiste à exciter les fibres musculaires et de les contracter par le biais d’électrodes impulsant un courant électrique.

Cette technologie existe depuis plusieurs décennies et est utilisée aussi bien par le monde sportif de haut niveau que par les physiothérapeutes.

Electrostimulation fesse
Les résultats sont très satisfaisants, à condition d’effectuer des contractions musculaires volontaires, à savoir faire des exercices, en même temps que l’électrostimulation elle-même. Cette technique complémentaire est très intéressante dans le but de raffermir et tonifier des muscles paresseux.

EM Sculpt

EM Sculpt est une nouvelle technique de contractions neuro-musculaires similaire à l’électrostimulation disponible depuis 2019. Un appareil est disposé sur la sangle abdominale ou les fessiers, uniquement pour le moment.
Présentation EM Sculpt
La technologie utilisée est High Intensity Foccused Electro Magnetic (HIFEM). En somme, celle utilisée pour l’Imagerie à Résonance Magnétique (IRM).

Les louanges, quant aux résultats et à l’absence de risques, de cette technique sont clamées haut et fort par les entreprises qui vendent le rêve. En effet, les publicités du produit annoncent 20 000 contractions musculaires supramaximales en 30 minutes. De quoi rendre n’importe quelle séance d’activité physique futile.

Cependant, en tant que préparateur physique qui a testé la technologie EM Sculpt, il est de mon devoir de susciter quelques doutes…

Interrogations… undecided
  • Hormis, les recherches effectuées en interne par l’entreprise créatrice Btl Athletics, aucune étude scientifique ne peut pour le moment attester de l’absence d’effets secondaires, indésirables ou de dangers à moyen et court terme sur l’organisme.
  • L’électrostimulation nécessite des contractions volontaires c’est-à-dire un effort, un mouvement en plus des contractions délivrées par l’électrostimulation, alors que EM Sculpt nécessite la passivité.
  • Une séance d’activité physique très intense ou un programme d’électrostimulation qui nous est inhabituel, généreront fatalement des courbatures musculaires durant plusieurs jours, alors que EM Sculpt bien que très sollicitant musculairement, ne laisse que peu de traces, donc peu de récupération post-séance.
  • La contraction musculaire est générée grâce à un potentiel d’action, ou plus simplement grâce à l’influx nerveux qui est une dépolarisation des membranes cellulaires. La nature n’a pas offert à l’être humain la capacité à réaliser un si grand nombre de contractions musculaires dans ce temps imparti. Cette technologie, ne mènerait-elle pas à terme, à l’épuisement ou du moins à la baisse de la qualité de nos potentiels d’action ?
  • Enfin, l’IRM est une technologie non irradiante très répandue de nos jours qui nous permet de réaliser des images 3D de notre organisme afin de déceler des anomalies. A priori, cette technique est fiable et ne présente pas de danger dans des conditions d’utilisation définies et strictes (absence d’objets ou d’éléments ferromagnétiques). Pour autant, certaines contre-indications, dangers et effets physiologiques sont mentionnés dans un rapport du professeur Stéphane Lehéricy du service de neuroradiologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. De plus, nous n’effectuons pas plusieurs IRM par semaine et le patient est la seule personne présente dans la pièce. L’équipe médicale et les manipulateurs se situent dans des pièces attenantes.

Activités physiques et renforcement musculaire

Les activités physiques restent depuis fort longtemps la solution la plus répandue pour sculpter ses fessiers et le reste du corps. De plus, l’activité physique permet d’avoir une silhouette harmonieuse. Peu onéreuse, elle implique un investissement de temps et une régularité de la pratique.

En revanche, les risques sont limités aux seules blessures d’une pratique physique inappropriée ou trop intensive par rapport au profil du pratiquant.

Voici quelques activités physiques issues de l’industrie du fitness et qui sont efficientes pour tonifier les fessiers : 

  •  Les cours de step
  • Les cours de cuisse abdos fessiers
  • L’aquabiking
Pour corriger la fesse
Plutôt insolite, un appareil nommé “correcteur de fesses” a été créé. Sans remettre en cause l’efficacité de cet nouvel appareil, d’un point de vu biomécanique, il ne semble pas renforcer les muscles fessiers. Est-ce un produit marketing ? Est-ce une erreur de traduction ? Vendu sur un célèbre site de e-commerce à un coût dérisoir, aucune explication n’accompagne la vente de cet accessoire. Cependant, il est vrai que rien que son nom est vendeur, n’est-ce pas ?
Enfin, les Etats-Unis précurseurs des nouvelles tendances fitness, ont vu apparaître à Los Angeles, une salle dédiée au développement des fessiers.

Bünda “the home for a better butt” est un terme argot portugais qui signifie “cul”.

 

CONCLUSION

Finalement, les fesses sont omniprésentes dans l’histoire de l’humanité et quelque soit les cultures.

Pourquoi les fesses des femmes sont beaucoup plus représentées que celles des hommes dans l’histoire de l’humanité ?

Il est vrai, il a été difficile d’illustrer des fesses masculines lorsque l’on tape certains mots clés sur les moteurs de recherche. Pourtant, les femmes reconnaissent leur attrait pour l’arrière-train masculin.

Aujourd’hui, les techniques chirurgicales pour modifier les fessiers sont nombreuses et se sont démocratisées.

L’objectif majoritairement présent de la gent féminine dans les salles de fitness est le remodelage de leur fessier. Pour dire vrai, il s’agit de cette constatation qui m’a amené à me documenter sur le sujet.  Cette observation a découlé sur des recherches et les résultats ont été tellement nombreux qu’il était évident de créer la fessologie, l’analyse de cet engouement pour les fesses !

L’esthétique des fessiers est, nous l’avons vu, primordiale dans la représentation de notre corps dans les sociétés modernes.

Mais que se passerait-il d’un point de vue fonctionnel, si la mécanique de ce groupe musculaire était défaillante ?

>