fbpx
Notez !
Le mal de dos est souvent nommé comme le mal du siècle.

En effet, de nombreuses personnes souffrent tôt ou tard de mal de dos. Il ne concerne pas uniquement les personnes âgées, puisque de plus en plus d’enfants sont également concernées.

Découvrez sans plus tarder les différentes causes qui provoquent des douleurs au dos.

Photo montrant un homme se tenant le bas du dos. Il souffre des lombaires. Mal au dos

COMMENT DÉFINIR LA LOMBALGIE ?

Le mal de dos est très souvent localisé au niveau du bas du dos, c’est-à-dire au niveau lombaire.

Il existe également des douleurs au niveau thoraciques ou cervicales.  Cet article ne traite que des douleurs situées au niveau lombaire.

Tout d’abord, le terme lombalgie désigne un état douloureux du rachis lombaire. Il ne désigne pas précisément quelle structure est lésée.

Ainsi, la lombalgie implique toute lésion du segment mobile intervertébral. Cependant, l’origine peut être soit discale, articulaire postérieure, ligamentaire, musculaire ou osseuse.

En somme le terme « lombalgie » reste assez vague et ne permet pas de définir un traitement qui résoudrait à coup sûr les symptômes.

Pour preuve voici une liste non exhaustive des traitements préconisés pour éradiquer le problème :

Lombalgie et douleur au bas du dos

QUELQUES CHIFFRES SUR LE MAL DU SIECLE

Selon le site le « quotidien du médecin », 540 millions de personnes sont touchées par les lombalgies. Selon les données de 2017 du « Fardeau mondial des maladies » établi par l’OMS, les lombalgies sont la première cause de handicap dans la quasi-totalité des pays d’Europe centrale, d’Europe de l’Est, d’Afrique du Nord, du Moyen Orient et d’une partie de l’Amérique latine.

Au travail, les lombalgies causent de nombreux arrêts de travail et coûtent très chers aux assurances maladies.

  • TRAVAILLEURS EUROPÉENS SOUFFRANT DU DOS 47% 47%

La 5° enquête européenne sur les conditions de travail (Eurofound) montre que la lombalgie est un problème majeur de santé lié au travail.

En effet, 47 % des travailleurs européens disent avoir souffert du dos au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête.

D’après l’Institut National de Recherche sur la Sécurité, les lombalgies représentent la première cause d’invalidité au travail chez les moins de 45 ans. De plus, leurs fréquences augmentent avec l’âge, jusqu’à un pic situé vers 45-50 ans, puis se stabilisent et/ou diminuent.

Un article du Parisien établit encore plus de chiffres et de statistiques sur les maux de dos.

LES CAUSES DE LA LOMBALGIE

TRAUMATIQUES

CHOCS ET TRAUMAS

peuvent endommager les muscles du dos, à l’origine de douleurs de type spasmes musculaires et irritation des nerfs. De telles blessures sont fréquentes lors de la pratique d’un sport ou si l’on exerce un travail physique.

HERNIE DISCALE

Une hernie discale est une lésion du rachis caractérisée par le déplacement d’une partie d’un disque intervertébral, qui avance en dehors de ses limites habituelles.

Elle peut être provoquée par :

  • Un choc violent
  • Lors d’une flexion de la colonne vertébrale associée ou non avec une rotation et/ou inclinaison de la colonne lors de port de charge.
  • Le surpoids augmente les contraintes sur les disques intervertébraux.
  • Le vieillissement du fait que la structure même du disque intervertébral s’altère et ne dispose plus des mêmes qualités amortissantes

ARTHRITE

est une inflammation des articulations. La spondylarthrite ankylosante, forme d’arthrite rhumatoïde, est l’exemple qui concerne les maux de dos.

ARTHROSE

est une usure des articulations affectant souvent les vertèbres et les articulations vertébrales.

AUTRES

Enfin, d’autres maladies provoquent le mal de dos comme par exemple la fibromyalgie, l’ostéoporose et certaines infections et tumeurs.

MECANIQUES

SURPOIDS

L’obésité fait partie des facteurs favorisant le mal de dos. En effet, l’excès pondéral exerce des pressions excessives sur le rachis pouvant provoquer des douleurs et aussi de l’arthrite.

SÉDENTARITÉ

le manque d’activité physique conduit à une diminution du tonus musculaire qui est le garant d’une bonne posture. De ce fait, certains muscles se relâchent, comme la sangle abdominale par exemple. Cela conduit à une augmentation des déséquilibres de la colonne vertébrales lombaires. La pression sur les disques intervertébraux augmente.

MAUVAISES POSTURES

De nombreuses positions sont néfastes à la colonne vertébrale.

  • Ramasser un objet au sol sans fléchir les jambes par exemple.
  • La position assise est également délétère pour le rachis lombaire. En effet, cette position raccourcit les ischio-jambiers, les rendant plus raides. Ces muscles étant attachés au bassin, finissent par modifier la position du bassin. Par effet dominos, les vertèbres sus-jacents n’évoluent plus dans leurs positions optimales.
  • Se soucier de l’ergonomie de son poste de travail est très important. Sur le site de la suva vous trouverez de nombreux conseils pour optimiser sa posture au travail.

https://www.suva.ch/fr-CH/materiel/fiche-thematique/bien-agencer-son-poste-de-travail/

  • Sommeil : nous passons en moyenne 7 heures par nuit à dormir. Ainsi, il est donc pertinent de s’assurer de la qualité de sa literie (sommier, matelas et oreillers) afin d’avoir la certitude que le mal de dos ne provient pas de là. La position adoptée lors de l’endormissement est également prépondérante. La position en chien de fusil ou position fœtale sont à privilégier.

STRESS

Le stress est un facteur de risque du mal de dos. En état de stress, nos muscles sont hypertoniques, c’est-à-dire nous sommes dans un état crispé qui augmente les raideurs musculaires, les tensions, les nœuds et les inflammations.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS ENVISAGEABLES POUR SOULAGER LE MAL DE DOS ?

Traitements médicamenteux

  • Antalgiques

  • Myorelaxants
  • Anti-inflammatoires
  • médications psychotropes ou antiépileptiques : intérêt sur la composante neuropathique de la douleur, mais non dénués d’effets secondaires
  • infiltration : articulaire postérieure en cas d’arthrose inflammatoire, foraminale sous scanner en cas de radiculalgie avec conflit disco-radiculaire
  • Supplémentation éventuelle en vitamine D

Traitements mécaniques

  • repos strict au lit déconseillé, sauf brièvement en cas de douleurs intenses
  • ceintures et corsets lombaires
  • une rééducation avec augmentation de l’activité physique, étirements, renforcement musculaire de la ceinture lombo-pelvienne, semble avoir une certaine efficacité dans les lombalgies chroniques, éventuellement aidé par des séances de massage

  • manipulation vertébrale

  • microkinésithérapie
  • médecine non conventionnelle : l’ostéopathie, la chiropratique, l’acupuncture
  • traitement psycho-social : c’est peut-être le temps le plus important, l’évaluation du stress ainsi que de l’insatisfaction au travail ou personnelle pouvant déboucher sur des changements d’orientation
 

Enfin, si vous souhaitez en savoir un peu plus à ce sujet, je vous invite à découvrir un article sur les déséquilibres musculaires qui ont un impact sur la lombalgie.

Ainsi, vous découvrirez que la position du bassin et les tensions musculaires qui le contraignent, ont un rôle capital sur les lombalgies et autres maux de dos.

Souffrez-vous de maux de dos ? Si telle est le cas, avez-vous identifier les causes probables de la lombalgie ? 

>
%d blogueurs aiment cette page :